Le Click and Collect est un service proposé aux consommateurs permettant de réserver ou commander des produits en ligne afin de les retirer directement au comptoir de votre officine.

Les avantages du Click and Collect pour le client:

  • Un gain de temps pour le consommateur qui est assuré de trouver le produit qu’il recherche
  • Une solution hybride entre le e-commerce et le commerce traditionnel
  • L’économie des frais de livraison
  • La possibilité de réserver le produit
  • Les avantages du Click and Collect pour le pharmacien:

  • Inutile de préparer les colis et de les envoyer
  • Générer du trafic dans son officine
  • Garder un contact physique avec ses clients-patients
  • Donner des conseils d’utilisation au moment du retrait
  • Service innovant à proposer aux clients
  • Il y a deux formes de Click and Collect:

  • La réservation sur internet avec paiement au comptoir de la pharmacie.
  • La réservation sur internet mais avec paiement en ligne. Cette seconde option, plus engageante, vous garantit que le client viendra retirer sa commande dans votre officine.
  • Il est à noter que le Click and Collect est parfaitement compatible avec la formule traditionnelle de vente en ligne où la commande est envoyée au domicile du client.

    Toopharm vous accompagne dans la création de votre site e-commerce de pharmacie et vous propose un moyen de paiement adapté et simple d’utilisation pour vous lancer dans le Click and Collect.

    Votre site internet est l’image virtuelle de votre officine, il est donc indispensable de le gérer correctement. Avec un site esthétique, fonctionnel et animé, vos clients seront plus rassurés et plus enclins à l’achat. Voici quelques astuces pour tirer le meilleur parti de votre site:

    – Pour améliorer l’aspect esthétique de votre site, vous devez avoir un diaporama (carrousel) soigné, avec des images qui ont une bonne résolution et respectent les dimensions de ce dernier. Nous pouvons, si vous en faites la demande, créer des bannières publicitaires, informatives ou promotionnelles personnalisées. Tous les sites Toopharm possèdent un diaporama qu’il est possible de gérer depuis l’espace administrateur. En ce qui concerne les photos de votre officine, elles doivent être de bonne qualité, le mieux étant de faire appel à un spécialiste.
    Votre e-pharmacie doit donner envie, mettre en confiance vos futurs clients et dégager une image professionnelle.

    – Pour améliorer votre référencement mais aussi conseiller au mieux vos clients, nous vous suggérons de mettre en ligne des articles régulièrement et de vous impliquer au maximum dans l’animation de votre site web. L’outil Toopharm intègre également une option qui vous permet d’ajouter vous-même les mots clés qui optimisent le référencement du site internet de votre officine.

    – Pour fidéliser vos clients, pensez également à réaliser des gestes commerciaux qui les sensibiliseront (échantillons gratuits, messages personnels …).

    – Le plus important reste de parler de votre site internet dans votre officine. Vous devez renseigner vos clients quant à l’existence de votre pharmacie en ligne et des services qu’elle offre. Expliquez-leur qu’ils peuvent déposer leurs ordonnances en ligne, vous joindre par messages, ou encore réserver et commander vos produits sur internet.
    Pour cela, vous pouvez également afficher votre nom de domaine sur vos supports de communication (sac, carte de visite, stylo …).
    Bref, communiquez au comptoir de votre officine !

    Toopharm met un point d’honneur à vous aiguiller dans la gestion de votre pharmacie en ligne, nous sommes aussi présents pour répondre à vos demandes et à vos questions.

    Une fois n’est pas coutume, la France est la fière ambassadrice de la mode et de la beauté. C’est en tout cas ce que révèle Vogue, en mettant à l’honneur des produits de beauté français dont la réputation n’est plus à faire chez les tops models et les pros des backstages. Afin de vous guider dans la publication de vos produits de parapharmacie, Toopharm vous partage la liste du célèbre magazine de mode concernant les produits les plus iconiques des défilées.
    L’homéoplasmine :
    L’essentiel par excellence, mains , lèvres, paupières il apaise et soulage toutes les irritations cutanées. Le meilleur baume à lèvres des défilés.

    Le lait crème concentré Embryolisse :
    Fixateur de maquillage autant que hydratant, même pour les peaux les plus sensibles.

    La Créaline H2O de Bioderma :
    LE chouchou des défilés, preuve en est: une bouteille se vend toutes les 3 secondes à travers le monde !

    L’huile prodigieuse de Nuxe :
    Elle sublime toutes les parties du corps, des pieds à la tête, tout en restant naturelle à 98,1 %.

    L’eau thermal d’Avène :
    Dotée de vertus cicatrisantes et hydratantes, elle offre immédiatement une peau vivifiée et raffermie.

    Le shampoing sec Klorane :
    Il texturise et apporte du volume aux cheveux des plus grands noms. C’est un véritable best seller, un flacon est acheté toutes les 10 secondes dans le monde.

    L’eau de beauté Caudalie :
    Le parfait cocktail à 99% naturel pour apaiser, tonifier et booster l’éclat de la peau.

    La Biafine :
    Son mélange d’eau, huile d’avocat et paraffine, apaise et régénère la peau.

    Le baume Cicaplaste de La Roche Posay :
    Lèvres, corps, visage ce baume soulage la moindre rougeur, sécheresse et bien d’autres.

    La laque végétal René Furterer :
    Satinante, volumisante et fixante elle s’est vite imposée comme LE produit de coiffure et de soins sur les défilés.

    Afin de booster vos ventes de parapharmacie, vous pouvez proposer ces produits en tant que produits d’appel afin d’attirer l’attention de vos futurs clients. C’est un bon moyen de s’assurer d’une bonne visibilité et de fidéliser vos clients.

    À l’heure où la vente de produits parapharmaceutiques est de plus en plus concurrencée par la grande distribution, Toopharm vous donne quelques conseils pour booster vos ventes de parapharmacie sur votre site internet.

    1. L’objectif primordial à travers votre site web est d’abord de vous faire connaitre et de fidéliser vos clients, afin d’être plus compétitif et d’approcher une nouvelle clientèle. Pour cela, vous pouvez proposer des produits d’appel, c’est à dire certains produits phares à coûts réduits afin d’attirer l’intérêt de vos futurs clients. Il est donc intéressant de connaître les produits plébiscités, ceux qui sont le plus appréciés des clients. Pour cela, il existe plusieurs sites internet tels que : www.beaute-test.com et www.victoiresdelabeaute.com, qui référencent et récompensent les produits appréciés par le plus grand nombre.

    2. Pour fidéliser vos patients-clients, vous disposez, sur votre espace administrateur Toopharm, d’un système de fidélité que vous pouvez configurer comme vous le souhaitez (paramétrage des offres fidélité en fonction d’un seuil dépensé, d’un montant atteint, d’un nombre de produits d’une gamme…etc), ainsi qu’un espace promotions (paramétrage possible de vos promotions en fonction des dates, de stocks…).

    3. Vous pouvez également vous démarquer de vos concurrents en proposant à vos clients de nouveaux produits, des marques innovantes, étrangères ou simplement difficiles à trouver en pharmacie. Vous aurez alors une meilleure visibilité sur internet dans les résultats de recherche sur ces références précises. Voici quelques marques de plus en plus demandées et pourtant encore peu vendues en pharmacie : Burt’s Bees, Egyptian magic, Couvent des Minimes, Carmex, Korres….

    N’oubliez cependant pas que tous ces conseils s’appliquent uniquement sur les produits de parapharmacie. En effet, la législation française interdit de faire de la publicité ou des offres promotionnelles pour les PMF (médicaments avec Prescription Médicale Facultative) sur les sites de pharmacie.

    Toopharm vous accompagne dans la création de votre pharmacie en ligne et reste à vos côtés pour constamment vous aider à améliorer votre site internet.

    Capture d’écran 2017-02-28 à 16.04.29

    Créer un compte Google My Business pour votre pharmacie améliorera votre visibilité grâce à la fiche Google mais également sur Maps. Cela facilitera l’accès aux informations de votre pharmacie pour les clients qui effectueront leur recherches depuis Google.
    Google My Business est un outil gratuit et simple d’utilisation, qui permet aux entreprises de gérer leur présence en ligne sur Google.
    En renseignant les informations relatives à votre établissement, vous pouvez à la fois aider les internautes à vous trouver sur Google, mais vous bénéficiez également d’une meilleure visibilité sur le moteur de recherche.

    Les Avantages de Google My Business :

    – Meilleure visibilité dans les résultats de recherche Google.
    – Améliorez votre référencement.
    Démarquez vous de vos conccurents.
    – Vos clients peuvent accéder directement à vos informations
    générales
    ainsi qu’à l’itinéraire.
    – Suivez les statistiques de consultation de votre profil My Business

    Animated_Mockup

    Gérez les informations présentées aux utilisateurs de Google lorsqu’ils recherchent votre établissement ou les produits et services que vous proposez.

    Les établissements qui ont personnalisé leur fiche Google My Business sont deux fois plus susceptibles d’être considérés comme fiables par les consommateurs.

    Lorsque les internautes trouvent votre établissement sur Google Maps et dans la recherche Google, assurez-vous qu’ils ont accès à des informations justes et exhaustives (horaires d’ouverture, site Web, adresse postale, etc.).

    Toopharm vous accompagne dans la création de votre compte Google My Business pour votre pharmacie à l’aide d’un guide mis à disposition pour nos clients sur leur espace d’administration.

    Guide Google My Business

    En vue d’améliorer notre plateforme, nous vous proposons un formulaire, uniquement réservé à nos clients, qui a pour but d’optimiser et d’élargir notre base de données produits.
    Très simple d’utilisation, il vous suffit de quelques clics et informations sur le produit que vous souhaitez nous soumettre, pour effectuer votre demande.

    Après vérification, l’article sera ajouté au catalogue et vous recevrez un mail dès qu’il sera disponible.
    En permanente évolution, notre base de données devient plus dynamique grâce votre participation, afin de répondre au mieux à la demande de tous nos clients.
    Pour en savoir plus, contactez-nous par téléphone au : 0811 38 1000, ou par mail à : support@toopharm.com

    L’automédication désigne le fait pour un patient d’avoir recours à un ou plusieurs médicaments de prescription médicale facultative dispensé dans une pharmacie et non prescrit par un médecin.

    Dans les faits, l’automédication recoupe trois de pratiques distinctes :

    L’automédication primaire : qui consiste à soigner des symptômes alors qu’aucun diagnostic n’a été porté par un médecin. Elle ne doit pas durer plus de deux jours, et ce sont généralement les OTC qui sont utilisés (Exemple : les maux de tête)
    L’automédication secondaire : appelée aussi « remédication » elle permet de soigner une maladie qui a déjà été diagnostiquée par un médecin (Exemple : colique néphrétique).
    L’automédication tertiaire : est pratiquée depuis de nombreuses années et concerne les maladies chroniques de type diabète ou asthme, où le patient s’administre lui même ses médicaments, avec l’accord de son médecin.

    Enfin il faut également différencier l’automédication (médicaments) et le « self-care » (dispositifs médicaux et compléments alimentaires).
    Si aujourd’hui 8 français sur 10 avouent avoir déjà eu recours à l’automédication, les chiffres montrent, à l’échelle européenne, que la France n’est pas en tête dans cette pratique.En Europe, les pays les plus actifs sur le marché de l’automédication sont : le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Suède. Seuls l’Italie et l’Espagne affichent une moyenne moins élevée que la France.

    Capture d’écran 2017-02-09 à 15.08.28

    Aujourd’hui la vente en ligne est un canal important dans le développement de l’automédication. Aux Pays-Bas par exemple, 80 % de l’automédication est achetée sur internet.
    Dans ce contexte, il semble intéressant pour les officines de profiter de cette évolution de la consommation de produits pharmaceutiques.
    Toopharm vous propose de vous aider à répondre aux besoins croissants des consommateurs de l’auto-médication.
    automedication

    La vente en ligne de médicaments se démocratise de plus en plus en Europe. Si pour certains de nos voisins les e-pharmacies fleurissent depuis de nombreuses années, pour d’autres, c’est un marché de niche voire inexistant.

    La France est en retard sur ses voisins européens ne proposant à la vente en ligne les médicaments sans ordonnance (PMF) que depuis 2013 seulement.
    L’Allemagne et le Royaume-Uni, tous deux leaders du marché, réalisent 8% des ventes en ligne contre 1% pour les officines françaises.
    Le marché de la vente de médicaments en ligne représente 1,9 milliards d’euros par an en Allemagne avec plus de 2861 pharmacies connectées.

    Toutefois, la réglementation de cette activité diffère fortement d’un état à l’autre. Ainsi, le Royaume-Uni et les Pays-Bas autorisent la vente en ligne de tous les médicaments, soumis à prescription ou non et sans la nécessité d’être rattaché à une officine physique.
    En Allemagne, au Danemark, en Suède et au Portugal, la vente de tous les médicaments est également autorisée cependant le site internet doit être adossé à une pharmacie physique.

    La plupart des autres pays tels que l’Irlande, la Belgique, l’Espagne, la Finlande ou la France autorisent uniquement la vente de médicaments PMF (prescription médicale facultative). Le site internet doit également être rattaché à une pharmacie physique.
    La Suisse quant à elle, possède un système où l’ordonnance est obligatoire pour tout achat de médicaments en ligne, PMF ou non.

    Face à un marché français encore peu développé, les consommateurs se tournent vers des e-pharmacies étrangères, notamment belge, au détriment des acteurs locaux.

    Dans ce contexte, les e-pharmacies françaises ont un rôle déterminant dans la mutation de ce marché et doivent montrer la voie en transformant les habitudes de consommation. Toopharm vous accompagne dans la digitalisation de votre officine afin de ne pas manquer le virage des pharmacies connectées.

    Source: ICRAM

    diagrame europe-01

    Avec la démocratisation de la vente de médicaments en ligne vient aussi la vente de médicaments de contrefaçon. Ce marché juteux est très rentable est un réel danger pour les clients surtout à l’heure où 4 français sur 10 se disent prêt à acheter leurs médicaments sur internet.

    Tout d’abord qu’est ce qu’un faux médicament ?

    Ils s’apparentent généralement à de vrais médicaments (sirop, gélules…) mais ils ne contiennent pas, ou pas avec les bonnes doses, de principes actifs. Cependant ça ne veut pas dire qu’il s’agit de placébos inoffencifs. Ces médicaments fabriqués par des trafiquants sont au mieux inefficaces et peuvent être parfois dangereux, contenant souvent des produits toxiques. À ce jour 360 pharmacies françaises sont habilitées à vendre des médicaments sans prescriptions sur la Toile. Voici quelques règles à suivre pour éviter les contrefaçons sur internet.
    Pour plus d’informations renseignez vous sur : www.le-faux-medicament-kesako.com

    1. Consultez la législation de votre pays ou de celui d’où vous passez votre commande
    Tous les pays n’ont pas la même législation concernant la vente de médicaments en ligne, certains autorisent seulement les PMF (prescription médicale facultative), et d’autres tous les médicaments avec ou sans prescriptions. La vente de médicaments est même interdite dans plusieurs pays.

    2. Vérifiez la légalité du site consulté.
    Toutes les pharmacies habilitées à vendre en ligne sont recensées dans un registre prévu à cet effet, si le site que vous consultez n’y figure pas alors c’est un site illégal .

    3. Vérifiez la présence de labels d’authentification.
    Pour vérifier l’authenticité de l’officine vous pouvez également regarder si le site comporte les logo officiels de certification, qui sont une marque de sécurité.

    4. Préférez l’achat sur un site localisé dans votre pays de résidence.
    En achetant sur un site localisé vous avez la certitude que le vendeur est soumis à la même législation que vous, ce qui réduit les risques de litiges.

    5. Observez attentivement le site internet.
    Même si certaines fausses pharmacies entretiennent l’illusion, il est possible en regardant attentivement de déceler la différence. Si il y a des fautes d’orthographe, des mots étrangers ou inappropriés, alors vous êtes probablement en présence d’un site frauduleux .

    6. Testez le contact direct avec la hotline du site.
    Les e-pharmacies habilitées doivent obligatoirement faire figurer les contacts du pharmacien, un moyen de le joindre directement par téléphone ou en ligne .

    7. Méfiez-vous des prix trop attractifs.
    Tout médicament véritable possède un coût lié au développement et à la recherche dont il a fait preuve, donc trouver un médicament 30% moins cher que dans une officine réelle serait anormal.

    8. Méfiez-vous des publicités trop alléchantes et des « formules magiques ».
    Un médicament n’est pas un produit miracle, méfiez vous donc des formules du type « remède miracle », « formule secrète », « scientifiquement prouvé » …

    9. Méfiez-vous des courriers électroniques non sollicités (SPAM) !
    Une e-pharmacie sérieuse nous vous envoie par de mail non désirés.

    10. Observez le packaging de votre médicament et sa provenance.
    Vérifiez la provenance du colis, il faut obligatoirement qu’il vienne de France, l’emballage doit être intact et doit contenir une notice.

    11. Réglez toujours votre achat par un moyen de paiement sécurisé.
    Avant de transmettre vos coordonnées bancaires ou toutes informations personnelles vérifiez que le moyen de paiement utilisé par le site est sécurirsé ( utilisation du protocole http).

    12. En cas de doute, signalez le médicament suspect.
    Si vous pensez être en présence d’un faux médicament, ne le consommez pas et apportez-le à votre pharmacien ou votre médecin qui saura la conduite à tenir .

    Les pharmacies Toopharm sont toutes habilitées à la vente de PMF en ligne, avec un paiement sécurisé et un contact direct avec le pharmacien.

    Pour en savoir plus sur ces 12 régles d’or consultez la plaquette proposée par l’IRACM : www.le-faux-medicament-kesako.com/Les-12-regles

    Avec la démocratisation du digital, et l’arrivée depuis quelques années des produits de parapharmacie sur le net, les pharmaciens doivent faire face à de nouveaux concurrents au catalogue large et aux prix attractifs.

    Même si l’officine reste leader, la parapharmacie est un marché stratégique et attrayant, dans le viseur des grandes et moyennes surfaces (GMS) . Pour regagner du terrain certaines enseignes de pharmacie misent sur de nouveaux produits plus abordables et plus sains, mais ils renforcent aussi leurs positionnements sur la Toile, un passage obligé pour contrer les GMS.

    Avec l’avantage de pouvoir vendre des produits de parapharmacie ainsi que des médicaments à prescription médicale facultative (PMF), les pharmaciens peuvent sortir leur épingle du jeu en répondant aux nouveaux besoins des Français ( préparation d’ordonnance scannée et livraison à domicile) en respectant les valeurs des officines, à savoir des conseils pratiques et rassurants pour leur e-clients.

    En conclusion, pour continuer de renforcer leur position sur le marché, les pharmacies doivent orienter leur activité vers le service et la commercialisation de produits à fort potentiel concurrentiel. En s’appuyant sur leur corp de métier que ce sont les médicaments et le conseil, les officines peuvent capter une clientèle demandeuse de produits de parapharmacie. Ainsi, en recentrant leur activité sur ce qui est l’essence de la pharmacie, les officines peuvent faire face aux concurrents qui ne sont pas en mesure de proposer une offre similaire.

    Spécialement adapté à l’officine, les sites internet Toopharm, constituent un outil idéal pour renforcer votre position sur le marché des produits de parapharmacie et médicaments (PMF). Accédez à nos catalogues produits et commencez dès maintenant à étendre votre activité sur internet.

    Source : Parapharmacie les tendances du marché favorables à l’officine , Le Quotidien du Pharmacien n°3316

    Créer son propre site internet peut parfois s’avérer fastidieux et d’autant plus pour une plateforme dédiée à l’officine et à la vente de produit parapharmaceutique et PMF.
    Voici 5 conseils à suivre avant de créer votre site pharmaceutique chez un prestataire.

    1. L’installation gratuite
    Et oui ! L’installation n’est pas toujours gratuite alors assurez vous qu’il n’y ait pas de frais supplémentaires. Des coûts d’installation peuvent être appliqués selon le prestataire lors de la mise en place de votre site internet.

    2. Le nom de domaine
    Un nom de domaine de site internet, est l’adresse par laquelle on accède à ce dernier.
    On l’oublie souvent mais il est très important, c’est un vrai choix stratégique qui, finement choisi a un réel impact. C’est également un outil important pour le référencement et la visibilité du site web.
    Attention aux prestataires qui ne vous propose que des sous-domaines et non pas un nom de domaine propre (ex: pharmacieducentre.nomduprestataire.com)

    3. Un design responsive adapté aux mobiles
    À l’heure des smartphones, tablettes et applications mobiles, avoir un site internet responsive est indispensable. En effet, votre page web s’adaptera à toutes les tailles d’écrans et tous les dispositifs mobiles, smartphones ou tablettes. Il vous offrira une meilleure visibilité et un aspect plus professionnel.

    4.L’accès à la base de données produits
    Une base de données produits vous permettra de personnaliser votre catalogue facilement.Cette base de données vous évitera d’ajouter vous même sur l’interface chaque produit que vous souhaitez mettre en ligne. Bien sûr plus la base de données est importante plus il y a de chance que vos produits y soit déjà. De plus certains prestataires vous proposent d’ajouter à leur base de données les produits que vous souhaitez ajouter à votre catalogue et qui n’y figure pas.

    5. Un outil administration dédié
    Au lieu d’utiliser des solutions génériques déjà existantes comme Prestashop et Magento par exemple, veillez plutôt à choisir une plateforme dédiée spécifiquement à l’officine et ses besoins, qui correspondra plus à votre utilisation et vos attentes.

    Toopharm vous propose un accompagnement complet dans votre projet, en vous livrant des solutions clés en mains pour vous lancer dans vote e-pharmacie.

    Choisir un bon nom de domaine est loin d’être une tâche aisée. Il faut trouver le juste équilibre entre stratégie marketing, exhaustivité et créativité.
    Un savant mélange que nous vous dévoilons au travers de 4 règles d’or à garder en tête à l’heure de choisir son nom de domaine.

    1. Reflétez l’identité de votre pharmacie
    Le nom de domaine de votre site, c’est d’abord l’identité de votre établissement. L’adresse du site doit permettre d’identifier votre établissement facilement. En plus de renvoyer une image plus confiante, elle permet a vos clients les plus fidèles de vous retrouver facilement. Réfléchissez à comment votre établissement est identifié (localisation, nom de la pharmacie, nom du titulaire, …) et faites en mention dans votre nom de domaine.

    2. Faites un choix stratégique
    Avant tout, le nom de domaine fait l’objet d’une stratégie marketing. Il convient de trouver appellation qui sera la plus compétitive pour un secteur et une localisation donnée.
    En premier lieu, le nom de domaine doit être facilement lisible et mémorisable.
    Ensuite, il faut que l’utilisateur puisse au premier coup d’œil, identifier votre établissement et votre secteur d’activité. Dans le cas d’une officine, la mention “pharmacie” semble incontournable.
    Vous devez également optez pour une extension qui renverra une image de confiance. Dans le cas d’une officine située en France, il est judicieux d’opter pour un .fr. Le .com quant à lui, conviendra mieux aux pharmacies frontalières, désireuses d’étendre leur activité avec un pays voisin.

    Rappel: En matière de nom de domaine, l’arrêté du 28/11/16 sur la vente en ligne de médicaments précise les noms de domaines “fantaisistes ou trompeurs” sont formellement interdits

    3. Pensez au référencement
    En plus des utilisateurs de votre site, il faut également penser au référencement dans les moteurs de recherches. En effet, un bon nom de domaine aura un impact direct sur la façon dont votre site sera indexé dans les différents moteurs de recherche. Vous devez vous positionner à la place de l’utilisateur et imaginer les recherches qu’il réaliserait dans Google par exemple. Utilisez stratégiquement ces mots clés dans votre nom de domaine sans toutefois en abuser.

    4. Réfléchissez à la rédaction
    A savoir: le nom de domaine ne peut pas être composé d’espaces, de caractères spéciaux ou accentués. Si vous souhaitez scinder votre nom de domaine pour le rendre plus lisible, utilisez le tiret (-). Attention, l’utilisation du tiret peut affecter le référencement, il faut donc les utiliser à bon escient. De même, privilégiez un nom de domaine court qui aura un meilleur impact auprès de vos clients

    Toopharm vous accompagne dans le choix du nom de domaine du site de votre pharmacie

    Toopharm vous propose son expertise dans le choix de votre nom de domaine pour mettre toutes les chances de votre côté avant de lancer votre site internet.

    Le nom de domaine est une composante indissociable du site internet. Il est au centre de la stratégie web-marketing et peut conditionner à lui seul le succès ou l’échec du site internet de votre officine.

    Que vous possédiez déjà un nom de domaine ou vous vous apprêtiez à en faire l’acquisition, il important d’avoir quelques connaissances en la matière.

    Le nom de domaine, qu’est ce c’est ?

    Le nom de domaine est à votre site internet ce que l’adresse postale est à votre pharmacie. Il est le chemin le plus court pour se rendre directement sur votre site internet sans passer par un moteur de recherche. Si un utilisateur tape votre nom de domaine dans la barre d’adresse de son navigateur, il sera instantanément redirigé vers la page d’accueil du site de votre officine.

    En d’autres termes, le nom de domaine est l’adresse (URL) de votre site internet. Il se compose comme ci-dessous:

    Comment ça marche ?

    Les noms de domaine de premier niveau avec des extensions courantes (telles que .fr, .com, .org) ne sont pas mis à disposition gratuitement mais doivent être réservés auprès d’un prestataire spécialisé dans l’enregistrement de noms de domaine. Une fois la réservation effectuée, le nom de domaine est inscrit sur un registre (registrar) qui varie en fonction de son extension (Il s’agit de l’AFNIC pour le .fr). Enfin, le domaine est associé aux serveurs sur lesquels est hébergé votre site internet afin de le rendre accessible.

    Dès que le nom de domaine est réservé, vous en êtes propriétaire et vous devenez le responsable du contenu du site internet sur lequel il pointe. De plus, il est légalement rattaché à une personne physique ou morale, identifiable grâce aux coordonnées WHOIS du domaine (whois.net).

    Généralement la période de réservation d’un nom de domaine est d’un an. Au delà de cette période, si la réservation du nom de domaine n’a pas été reconduite, il retombe dans le domaine publique et n’importe qui peut l’acquérir à son tour.

    A lire: des sites de contrefaçons récupèrent des noms de domaines de vraies officines.

    Attention: le nom de domaine se réserve pour une seule extension à la fois. ex: si vous choisissez pharmacie.fr, pharmacie.com reste toujours disponible à la réservation. Pour éviter le cybersquattage (réservation de nom de domaine similaire au vôtre), pensez à réserver plusieurs noms de domaine (plusieurs extensions, différentes orthographes, etc…).

    .pharmacy, une extension propre aux pharmacies

    L’un des enjeux lié au nom de domaine est celui de garantir la légalité et l’accès sécurisé au site en question.
    Pour tenter de lutter face au site de contrefaçon et d’authentifier les sites de vraies officines, La National Association of Boards of a crée le domaine de premier niveau .pharmacy. L’organisme basé aux États-Unis ne délivre alors un nom domaine qu’aux pharmacies ce qui assure que le nom de domaine correspond bien à une officine physique.

    A lire: En 2013, l’Ordre des Médecins de France s’était inspiré de l’extension .pharmacy pour créer le domaine pharma-france.com

    Le Nom de domaine est peut-être plus important que ce que vous pensez

    Le nom de domaine revêt un aspect stratégique indéniable, il doit être finement choisi afin qu’il ait un réel impact. Ce choix est décisif puisqu’un bon nom de domaine pourra être facilement retenu par vos clients et boostera directement le référencement naturel de votre site internet. Enfin, le nom de domaine fait partie intégrante de l’identité de votre officine au même titre que le nom de votre pharmacie par exemple.

    Un nom de domaine peut être parfois très précieux. Par exemple, la pharmacie Simantob, une officine qui a fait confiance à Toopharm, réserve le nom de domaine www.lapharmacie.com depuis 1994.

    Toopharm vous conseil et vous accompagne dans la gestion de votre nom de domaine

    Le choix, la gestion mais aussi la protection du nom de domaine ne sont pas des tâches aisées, faites-nous confiance dès aujourd’hui. Toopharm vous guide afin de tirer un maximum de profit de votre nom de domaine et vous donne son avis d’expert.

    Le 28 novembre 2016, Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, a publié un arrêté relatif aux règles techniques applicables aux sites internet de commerce électronique de médicaments prévues à l’article L. 5125-39 du code de la santé publique. Cet arrêté complétant le texte de loi initial, apporte des précisions supplémentaires quant aux bonnes pratiques à respecter dans le cadre de la vente en ligne de médicaments. En posant des limites plus strictes au commerce en ligne des médicaments non-soumis à prescription, le gouvernement montre plus que jamais sa volonté de réglementer ce marché porteur et les acteurs qui le compose. Complications inutiles ou cadre juridique propice: que précise l’arrêté du 28/11/16?

    Une bonne nouvelle pour les e-pharmacies ?

    Cet arrêté fait un pas de plus dans le rapprochement du titulaire de la pharmacie et de son site internet. L’enjeu est clair, il s’agit d’éloigner les acteurs indirectement liés à l’industrie pharmaceutique, susceptibles d’installer une concurrence déloyale en plus d’entacher l’image de la vente en ligne de médicaments. Un autre objectif non-dissimulé est celui d’améliorer cette image et la confiance accordée à la pharmacie en ligne. Les sites de pharmacies doivent fournir aux patients des informations aussi pertinentes qu’exhaustives tout en améliorant l’expérience de l’e-pharmacie en général. En particulier, l’arrêté précise que les sites de vente de médicaments doivent posséder toute l’iconographie afin d’attester de la légalité de la plateforme.

    Pour résumer, cet arrêté du 28 novembre symbolise une intention forte de réappropriation du e-commerce de médicaments par les spécialistes en pharmacie que sont les titulaires d’officines. Tout indique donc que la voie est dégagée et le contexte propice à ce que la vente en ligne de médicaments ait d’intéressantes perspectives d’évolution.

    Réguler le marché en évitant les conflits d’intérêt.

    Un autre aspect majeur de cet arrêté est la volonté de séparer l’activité de vente de médicaments en ligne et les acteurs ayant un lien directe avec l’industrie pharmaceutique. Le commerce en ligne de médicaments est ainsi recentré sur le dernier maillon de la chaîne de distribution. L’activité de vente ne doit être associée à aucune entreprise pharmaceutique quelle qu’elle soit.

    En bref, le pharmacien reste le seul à pouvoir vendre des médicaments en ligne et demeure complétement indépendant dans le processus de commercialisation.

    Quelques éléments à retenir de l’arrêté du 28 novembre :

    • Le nom du titulaire doit figurer obligatoirement sur le site internet de vente en ligne
    • Sur l’ensemble du site, il est interdit de mettre en place des liens hypertextes vers des entreprises pharmaceutiques
    • Sur les sections “médicaments” du site, seuls sont autorisés les liens hypertextes vers les sites institutionnels des autorités de santé et vers le site de l’ordre des pharmaciens
    • Le patient doit avoir accès à un espace privé, intitulé « Mon compte »
    • Les lettres d’informations ne peuvent comporter, s’agissant du médicament, que des informations émanant des autorités sanitaires.
    • La sous-traitance à un tiers de tout ou partie de l’activité de vente par internet est interdite, à l’exception de la conception et de la maintenance techniques du site internet qui ne peuvent cependant pas être confiées à une entreprise produisant ou commercialisant des produits de santé

    Se faire accompagner est le meilleur moyen de respecter une législation stricte.

    Si les conséquences de ce raffermissement juridique semblent être une aubaine pour les e-pharmacies, il complexifie également la mise en place du site internet en apportant son lot de subtilités à respecter. Avec une entrée en vigueur dans moins de deux mois, il est important de vous faire accompagner par des spécialistes dans cette transition. L’arrêté précise d’ailleurs que le site internet est le seul aspect de la vente en ligne qui peut être sous-traitées par un tiers (si tant est que ce dernier ne soit pas un acteur de l’industrie pharmaceutique).

    Pour cet arrêté ou le texte de loi initial, Toopharm veille à ce que votre site internet soit conforme à la réglementation afin que vous puissiez étendre l’activité de votre officine sur internet tout en respectant le droit applicable en matière de vente en ligne de médicaments.

    Retrouvez l’ensemble de l’arrêté du 28/11/16 ici

    RESPONSIVE. Un terme à la connotation aussi high-tech que marketing que vous avez déjà probablement rencontré au détour d’un article sur les nouvelles tendances du Web. Si l’on en croit les spécialistes et les études publiées, le responsive est un virage à ne pas manquer pour les différents acteurs du net. Sur ce point, les pharmacies ne sont pas en reste et doivent suivre la tendance afin d’adapter leur communication aux technologies et aux besoins existants.

    Le responsive design, c’est quoi exactement ?

    responsive-designUn site responsive est un site dont l’affichage se modifie automatiquement lorsqu’on y accède depuis différents supports mobiles (smartphones, tablettes, etc …).
    Le contenu est aménagé et optimisé pour garantir un affichage qui permette une consultation confortable et une navigation intuitive. Les différents éléments de la page ne sont pas simplement redimensionnés, ils sont totalement repensés pour s’adapter à n’importe qu’elle taille d’écran. Si vous n’êtes pas encore convaincu de l’utilité du design responsive, lisez attentivement ce qui va suivre…

    La consultation depuis les supports mobiles a explosé au cours de ces dernières années

    Vous n’êtes pas sans savoir que les ventes de smartphones et autres dispositifs mobiles ont connu une forte croissance ces dernières années. En effet, en 2015, plus de 27 millions de smartphones ont été vendus (43 millions prévus en 2018). L’utilisation de ces appareils au quotidien ont modifié drastiquement nos habitudes de navigation et de consommation sur internet. Sur la période 2013-2016, les consultations depuis des smartphones sont passés de 16% à 45% (sources Statcounter). Cet engouement pour les appareils mobiles s’est fait au détriment des ordinateurs qui deviennent des supports de moins en moins convoités pour la navigation sur internet, les utilisateurs préférant des dispositifs plus compacts.

    graphique utilisation mobiles navigation

    Ces changements de comportements digitaux sont de plus en plus visibles et représente des enjeux importants qui obligent les créateurs de site internet à prendre en compte tous les scenarios différents de consultation.

    Un phénomène encore plus marqué sur les sites de pharmacies

    Ces chiffres sont d’autant plus importants pour les pharmacies dont les visites sont généralement de très courte durée. Les utilisateurs souhaitent accéder rapidement à une information précise. De plus, il faut garder à l’esprit que ces derniers ne sont peut être pas à leur domicile.
    Pour ces raisons, les internautes qui visitent des sites internet de pharmacies privilégient un support mobile pour accéder à l’information souhaitée.

    Repenser le contenu pour le mobinaute

    Les conditions d’accès et les besoins du mobinaute étant différents d’un utilisateur sur ordinateur classique, il est nécessaire d’adapter son contenu à l’aide d’une version responsive du site internet. Dans un premier temps, une version mobile est la garantie d’une meilleure visibilité de l’information et d’un confort de consultation pour l’utilisateur. Ensuite, une version responsive donne également une priorité à l’information qui peut être différente selon le support. Si un utilisateur peut prendre le temps de consulter les différentes pages de votre site pour découvrir votre pharmacie, on peut imaginer que sur mobile, il sera nécessaire de mettre en avant des informations d’ordre plus pratique (horaires d’ouverture, contacts, gardes, etc…).

    Version responsive VS Application mobile

    responsive-phone

    Fut un temps où il était de bon ton de créer une application pour faire découvrir son officine. Aujourd’hui, cette époque est révolue et les spécialistes vous diront que les applications mobiles sont de moins en moins téléchargées et qu’elles n’ont d’intérêt que si elles ont une véritable fonction. Ajoutez à cela qu’une application requiert un développement multi-plateforme (iOS, Android, WindowsPhone) et vous comprendrez que la version responsive reste alors la meilleure des solutions pour toucher les utilisateurs d’appareils mobiles. Moins coûteuse et plus actuelle, elle soignera votre image sur internet en faisant de votre pharmacie un établissement concerné par les nouvelles technologies et le confort des utilisateurs de son site. En prime, elle améliorera le référencement naturel de votre site qui, une fois optimisé pour support mobile, sera mieux classé par les moteurs de recherche.

    La version responsive peut également rapporter gros

    En 2015, près de 20% des ventes sur des sites e-commerce sont réalisées depuis un appareil mobile. Avec l’arrivée des systèmes de paiement mobile comme Android ou Apple pay, il est possible d’imaginer que cette part déjà importante sera revue à la hausse au cours des prochaines années. Bien entendu, ce chiffre concerne également votre e-pharmacie qui peut vendre sur internet produits de parapharmacie et PMF.

    Toopharm met un point d’honneur a créer des sites optimisés pour mobiles

    Conscient des enjeux actuels et soucieux de l’expérience utilisateur des visiteurs de votre site internet, Toopharm développe des sites au design responsive pour votre e-pharmacie. Chacun des templates que nous mettons à votre disposition ont été conçus pour s’adapter à tous les dispositifs de vos clients, quelque soit la taille de leur écran.

    Les newsletters ou lettres d’informations investissent nos boîtes mails depuis quelques années déjà. Même si les moyens de communiquer et de s’adresser à sa clientèle ont évolué (réseaux sociaux, SMS, etc …), les newsletters n’ont pas pris une ride et restent des moyens efficaces de délivrer de l’information.
    Le secteur pharmaceutique ne fait pas exception à la règle, de plus en plus d’officines renforcent le lien avec leurs patients et fidélisent leur clientèle en envoyant une lettre d’informations régulièrement. L’envoi de newsletters n’est cependant pas à prendre à la légère et nécessite de respecter quelques règles de bonne pratique que nous vous dévoilons dans cet article.

    Un moyen de communication efficace? Oui, mais encore faut-il savoir s’en servir

    Les newsletters n’ont pas toujours bonne réputation, il faut en user mais pas en abuser. Par conséquent, elles ne sont pas à proscrire, c’est un moyen de communication redoutable mais qu’il faut savoir maîtriser. Et pour ce faire, voici quelques règles d’or à respecter:

    1. Faites attention à la fréquence d’envoi des newsletters
    C’est souvent l’une des raisons qui motive le lecteur à se désabonner. Trop de newsletters tue la newsletter.
    Envoyez vos newsletters à intervalle régulier, en fixant une limite de 2 à 3 envois par mois maximum

    2. N’inscrivez pas de personnes qui n’ont pas donné leur accord pour être contactées
    Légalement, il n’est pas admis d’inscrire des contacts à une liste de diffusion sans en avoir l’autorisation au préalable.
    Pour contourner ce problème, pensez à ajouter une solution d’inscription à la newsletter sur votre site.

    3. Privilégiez un contenu pertinent, suceptible d’intéresser le lecteur
    Mettez-vous dans la peau du lecteur, quel type de contenu aimeriez vous recevoir par mail ?
    Quel genre d’information ne considereriez-vous pas comme gênantes ?
    Evitez les newsletters 100% publicitaires.
    En tant que pharmacie, vous pouvez partager des conseils santé, informer votre clientèle ou encore prévenir d’une alerte saitaire.
    Bien entendu, une petite offre promotionnelle sera toujours de bon ton.

    4. Pensez à une version responsive (consultable sur appareils mobiles)
    De plus en plus d’utilisateurs consultent leurs mails depuis un appareil mobile.
    Pensez à développer une version responsive qui facilitera la lecture depuis n’importe quel support.

    5. Surveillez de près les résultats de votre newsletter pour préparer vos prochaines campagnes
    C’est bien connu, c’est en faisant que l’on apprend.
    Identifiez les newsletters qui ont fonctionné et le contenu qui a retenu l’attention des lecteurs.

    La solution Toopharm embarque un outil efficace de gestion de campagne newsletter

    Toopharm vous propose une solution intégrée pour administrer vos envois de newsletters depuis l’espace personnel de votre site internet. Gérez vos listes de diffusion, choisissez un design adapté et communiquez éfficacement auprès de la clientèle de votre officine.

    La vente en ligne de médicaments, comment ça marche ?

    En France, la vente en ligne de médicaments est une activité strictement encadrée et réglementée.

    Depuis quand ?

    Depuis le 2 janvier 2013, les pharmaciens établis en France, titulaires d’une pharmacie d’officine ou gérants d’une pharmacie mutualiste ou d’une pharmacie de secours minière, peuvent vendre des médicaments sur internet. 

    Pour qui ?

    Les titulaires d’une pharmacie d’officine ou gérants d’une pharmacie mutualiste ou d’une pharmacie de secours minière.

    Pour vendre quoi ?

    Seuls les médicaments non soumis à prescription obligatoire peuvent être vendus sur le site internet d’une pharmacie d’officine.

    Quelles sont les démarches à suivre ?

    • Etape 1 : je choisi un prestataire pour le développement et l’hébergement de mon site internet (attention à vérifier que l’hébergement est assuré par un hébergeur agrée données de santé)
    • Etape 2 : Je réfléchi au nom de domaine de ma pharmacie (exemple : http://www.pharmacietoopharm.fr) 
    • Etape 3 : Je fais une demande d’autorisation auprès de mon Agence Régionale de Santé (ARS)
    • Etape 4 : J’informe l’Ordre National des Pharmaciens de la création de mon site internet qui l’ajoutera à la liste des sites autorisés à vendre des médicaments en ligne

    Pour plus de renseignements, rendez-vous sur notre article ” Quelles sont les étapes à suivre pour digitaliser votre pharmacie ? ”

    Comment lutter et se prémunir contre la vente de faux médicaments en ligne ?

    Côté pharmaciens

    La vente de faux médicaments est un fléau mondial.  Elle représente aujourd’hui plus de la moitié des ventes de médicaments sur internet (entre 50 et 90% des médicaments achetés en ligne sont des contrefaçons). Chaque année 700 000 personnes meurent suite à la consommation de médicaments contrefaits. Le risque principal pour le patient qui se livre à un achat sur internet est d’acquérir et de consommer un médicament contrefait, détourné ou non homologué par une autorisation de mise sur le marché. Grâce à internet, il est encore plus facile pour les trafiquants de vendre des médicaments contrefaits. Ils utilisent pour la plupart des faux sites de pharmacies en ligne pour tromper les consommateurs (96% des pharmacies en ligne ne seraient pas légales). Les pharmaciens d’officine français ont un rôle à jouer dans la lutte contre le commerce de faux médicaments en ligne. Les pharmaciens peuvent créer eux-même un site internet et ainsi proposer à la vente des vrais médicaments contrôlés qui sont vendus au sein même de leur officine.

    Côté patients

    Comment vérifier que le site internet sur lequel je souhaite passer une commande ne vend pas des médicaments contrefaits ?

    Pour vérifier la légalité du site internet :

    •  Je vérifie que le site comporte le logo confiance cliquer_pour_verifier_image
    • Je clique dessus et je vérifie que le site figure bien dans la liste des pharmacies autorisées à vendre des médicaments sur internet mise à jour par l’Ordre National des Pharmaciens
    • Je commande mes médicaments sans ordonnance obligatoire sur le site d’une pharmacie agrée par l’Autorité Régionale de Santé.

    Ça y est, après mûre réflexion, vous êtes prêt à vous lancer sur internet.

    Seulement, vous ne savez pas pour où commencer. Quelles sont les démarches ? Comment faire développer votre site ? Comment administrer votre site ?  Tant de questions restées sans réponses et auxquelles nous allons tenter de répondre.

    1ère étape : le projet

    Tout d’abord, avant de vous lancer dans les démarches administratives, vous devez vous poser ces 5 questions essentielles.

    • Quel est mon objectif ? (poursuivre le lien avec mes patients au delà de l’officine ? développer mon chiffre d’affaires ? développer ma visibilité ? atteindre des clients à travers toute la France ? proposer la réservation d’ordonnance ? vendre des produits de parapharmacie ? vendre des médicaments PMF ?…)
    • Comment est accueilli le projet de digitalisation de la pharmacie par l’équipe officinale ? Sont-ils prêts à s’investir dans la gestion du site internet ?
    • Combien de temps suis-je prêt(e) à consacrer à l’administration de mon site web ?
    • Avons-nous assez d’espace disponible au sein de l’officine pour entreposer un stock supplémentaire et pour préparer les commandes dans le cas d’un site e-commerce ?
    • Avez-vous pensez au design graphique de votre site internet ? Quelle image souhaitez-vous véhiculer à travers votre site ?

    Une fois que vous avez toutes les réponses à ces questions, vous savez désormais quel type de site web est le plus adapté à votre pharmacie. Choisissez un site vitrine pour présenter votre officine, les services dispensés et votre équipe officinale ou optez plutôt pour un véritable site e-commerce de vente de médicaments PMF et de produits de parapharmacie. Si malgré cela vous n’avez pas pu déterminer votre besoin, nous vous invitons à faire notre quiz très rapide qui vous permettra de déterminer votre profil e-pharmacien. 

    2ème étape : le développement

    La deuxième étape concerne le développement du site en lui-même. Vous devez choisir qui va créer et designer votre site. Souhaitez vous développer vous même votre site web ou passer par un prestataire extérieur ? Il existe de nombreux prestataires, agences ou développeurs indépendants, qui vous proposerons de réaliser votre site pour un budget allant de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros. Faites cependant attention à ce que le site qui sera développé soit en accord avec le code déontologique de la profession et avec la réglementation européenne en vigueur. Le choix dépendra de vos connaissances en développement web, le temps dont vous disposez et bien sûr, de votre budget. De façon générale, si vous êtes novice dans le domaine et que vous disposez de peu de temps et d’un budget minime, le recours à une solution clés en mains semble être la plus adaptée. Les solutions clés en mains vous permettent d’avoir accès à votre nouveau site immédiatement et pour un coût raisonnable. Consulter notre page dédiée pour avoir plus d’informations.  

    3ème étape : les démarches administratives

    Vous savez désormais quel type de site web est fait pour votre officine et vous avez choisi votre prestataire. C’est ici que commence les démarches administratives. Si vous voulez avoir un site de vente en ligne de médicaments, vous devez faire une demande de création de site internet auprès de votre ARS. L’accord est généralement délivré au terme de 2 mois d’attente. Vous devrez ensuite déclarer votre site auprès de l’Ordre National des Pharmaciens. Le site internet de l’Ordre recense tous les sites de pharmacies françaises autorisées à vendre des médicaments sans ordonnance sur internet. 

    Une fois les démarches faites et les autorisations obtenues, votre site internet est enfin en ligne. 

    4ème étape : l’administration de votre site

    Vous pouvez alors commencer à administrer votre site. Veillez à bien renseigner toutes les informations pratiques telles que l’adresse de l’officine, les horaires d’ouvertures, les jours de gardes, et à renseigner les spécialités de l’équipe officinale). Ensuite, vous pouvez commencer à publier votre produits, relayer des promotions, rédiger des articles santé, ou encore envoyer des newsletters à vos patients.

    5ème étape : le référencement

    Un dernier point…

    Vous ne trouvez pas votre site internet sur Google ou il ne fait pas partie des premiers résultats ? Pas de panique, cela nécessite un peu de temps pour que Google référence bien votre site. Pour améliorer votre positionnement sur le moteur de recherche, vous devez travailler sur votre référencement (naturel uniquement !). Plus vous ajouterez de contenu sur votre site internet, plus vous aurez de chance d’apparaître dans les premiers résultats Google.

    Lancez-vous !

    Toopharm vous propose de vous accompagner dans votre projet de digitalisation de votre pharmacie. Profitez d’une solutions clés en mains développée spécialement pour les pharmacies d’officine :

    – respect de la législation et du Code de Déontologie

    – Sites optimisés pour le référencement

    – Espace d’administration complet et simplifié

    – Designs et interface adaptés à votre activité

    – Sites responsives (adaptés à tous les supports : ordinateurs, tablettes, smartphones,…)

    L’équipe de Toopharm se tient à votre disposition pour toutes demandes de renseignements supplémentaires.

    Avec l’avènement d’internet et l’explosion du e-commerce, les habitudes d’achats des Français ont changées. Plus d’un Français sur deux fait régulièrement ses achats en ligne et dépense en moyenne 78€ par commande. Le marché de la e-santé n’est pas en reste puisque 3 Français sur 4 déclarent être prêts à acheter leurs médicaments sur internet.

    Depuis le 2 janvier 2013, les pharmaciens titulaires sont autorisés à vendre des médicaments sur internet. Aujourd’hui seules 337 pharmacies sur les 22500 présentes en France se sont lancées sur internet. Il y a donc un réel intérêt à se lancer car peu de pharmacies ont encore saisi l’utilité et l’intérêt de ce nouveau canal de distribution, ce qui permet aux nouveaux arrivants de se positionner en tant que e-pharmacies référentes.

    Quels sont les avantages à digitaliser sa pharmacie ?

    La création d’un site internet, que ce soit un site vitrine ou un site de vente en ligne de médicaments permet à la pharmacie de proposer des services supplémentaires aux patients et de poursuivre le lien avec eux en dehors de l’officine.

    Internet est un outil de communication très puissant, si ce n’est le principal. Grâce au site web et à un référencement optimisé, la pharmacie bénéficie d’un rayonnement plus important et augmente considérablement sa visibilité et notoriété.

    Une pharmacie en ligne aide à fidéliser la clientèle de l’officine mais également à atteindre de nouvelles cibles. Grâce à l’achat de médicaments en ligne ou de produits de parapharmacie, le pharmacien augmente sa zone de chalandise, c’est-à-dire qu’il atteint des clients provenant de zones géographiques plus éloignées que la zone restreinte autour de son officine.

    Enfin, les produits vendus en officine sont accessibles 24h/24 et 7j/7 sur le site internet de la pharmacie. Les internautes peuvent se connecter et faire leurs achats à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Le pharmacien développe ses ventes même lorsque sa pharmacie est fermée.

    Internet représente donc un véritable levier de croissance pour une officine et permet aux pharmacies, tant rurales qu’urbaines, de développer considérablement leurs chiffres d’affaires.